Aller au contenu principal

Chamboulive : Journée de formation pour les agriculteurs

agriculteurs rencontre

La vache au cœur des métiers : regards croisés entre éleveurs, bouchers et marchand.

 

Comment faire pour engraisser une bête 100 % à l’herbe (sans compléments ni céréales) et comment la commercialiser ?

 

C’était le thème de la journée organisée par l’ADAPA (Association de Développement pour une Agriculture Plus Autonome) chez Annie et Jacques Gauvreau au GAEC de La Geneste, à Chamboulive.

Pour y répondre, des éleveurs du Limousin, du Cantal, une classe de CAP Boucherie du CFA de Tulle et des élus de la Communauté de Communes de Murat se sont retrouvés les pieds dans le pré !

 

En effet, au GAEC, il y a surtout de l’herbe que les bêtes broutent presque toute l’année et toute leur vie. Le matin, Jacques Gauvreau a donc expliqué son fonctionnement : gérer le pâturage tournant, afin de se passer de céréales et engraisser les animaux permet de diminuer les charges (mécanisation, gasoil, achats, intrants) tout en favorisant la biodiversité et le bien-être animal.

 

L’après-midi Claude Servantie, acheteur de bêtes du GAEC depuis plusieurs années, était présent. Fils de boucher, commercial dans la viande depuis plus de 40 ans, il a transmis son savoir sur l’appréciation d’une vache finie au pâturage par l’observation de ses courbes, la rondeur de ses cuisses, l’épaisseur de son cuir.

 

La richesse et l’enthousiasme des échanges entre éleveurs et futurs bouchers ont mis en évidence l’importance de communiquer entre professions, mais également la nécessité de travailler ensemble pour l’avenir de la filière viande.